L'esprit de Gandhi et le Minimum de la Survie Rurale

Cet article verra son écriture étalée sur plusieurs jours, il va me demander du temps et des explications : attention modifications et enrichissements tous les jours

Avertissement : les notions de potager, culture, et élevage sont traités en détail dans les pages connexes

L'esprit de Gandhi

Il détestait la violence autant que les abus de violence tout en réverrant un ordre immuable, il pronait simplicité et autonomie, Il fut un fervent lecteur de Tolstoï et sans doute a-t-il mélangé son influence pour toucher Martin Luther King. Tous 2 sont morts assassinés après avoir "combattu" par le verbe, l'obstination et l'exemple une société de castes où ils rêvaient de faire régner l'amour divin en toute simplicité. Utopie ? Peut-être pas totalement.

De la vie à la campagne ..... et à l'ancienne

En hommage à mon ami Serge, premier de la classe de l'économie quand elle avait un sens, Modèle appliqué qui n'a jamais juqu'ici renoncé à ses convictions.

 

 

Le modèle industriel des 30 glorieuses, ni heureux, ni malheureux, mais souvenir d'un temps où l'on pouvait s'endetter à moindre risque pour créer son entreprise ou acheter son habitat

 

Qu'est-ce que le minimum survie ? Et pourquoi Rural ?

Les articles écolo fleurent bon le fumier et son coq qui trône, l'oeuf de poule frais et le civet de lapin tandis que le RSA progresse plus vite que la courbe de chômage

Source le Figaro : 31/12/2015 : 2.53 millions de foyers au RSA, mais combien de bénéficiaires en fait ? Le double ?

Pendant que les auto entrepreneurs se lancent à moindres frais dans le business juteux des apparentes facilités : pas de comptes ou presque, pas de compétences obligatoires ou presque, une bonne vieille formation de chez Paul Emploi et vous voilà motivé pour affronter vos concurrents (nombreux), formés. Les (fausses) facilités étatiques pour la mise en place de sa petite entreprise n'ont pas répondu au besoin de faire coïncider chômeurs et nécessité sociale et économique.

Le rêve de l'autarcie reste un mythe (voir nos précédents articles)

Le rêve de la prise en charge automatique par la société n'est nécessairement qu'un mythe (et qui produit la Valeur Ajoutée nécessaire à l'entretien des structures communes ?) pour le moment entretenu par le Q.E. (quantitative easing, plus sobrement planche à billets)

Le minimum survie, de mode rural (possible en modèle semi urbain), c'est la tentative de participer à la création de ressources au pays où elles disparaissent.

   

Le sujet qui nous préoccupe consiste donc à trouver un mode opératoire réellement survivaliste entre la tenue d'une ferme (demandant des fonds et des moyens physiques importants) et le bricolage personnel néanmoins très productif. (sans céder au syndrome des biquettes dans le Larzac).

II Les moyens à se donner

Les moyens dont il faut se doter dépendent de nos besoins :

  • Manger (75% de glucides, + ou - 10% de protéines et le solde en fibres, minéraux, etc (légumes verts par exemple)
  • Boire (au minimum 1l d'eau par jour et par personne)
  • Se couvrir (vêtements)
  • Se recouvrir (habitat + ou - chauffé)
  • Se soigner (éviter la souffrance)

L'autarcie du 21ième et en France n'est guère possible, elle fut pratiquée il y a au moins 1 siècle dans de grandes fermes qui possedaient plusieurs ateliers (forge, tissage, moulin etc.....), mais devient difficile à mettre en oeuvre (ou à un coût prohibitif faiblement rentable sans notion de commerce)

III Traduire ces moyens concrètement

Il va de soi que beaucoup d'entre nous n'ont plus de quoi s'endetter, se loger ou se chauffer dans la dignité, mais négocier avec le maire de sa commune ou un agriculteur (avec un coeur) un petit bout de terre pour y faire son chalet et y installer ses ressources devient possible et d'actualité sans choquer grand monde, l'internet regorgeant d'exemples de ce type.

  (peinture à l'huile d'après photo)

Retour à Mahatma Gandhi qui pronait, dans une Inde qui se cherchait, un modèle d'économie familiale de base

Si vous avez la chance de disposer d'une maison (ou un appartement) et d'un lopin de terre (à chercher si appartement), c'est alors très simple.

Je ne détaillerai pas en profondeur les modèles d'autarcie, non idéaux en temps de paix ou d'abondance, les adresses qui vous sont données sur la page d'accueil regorgent, soit d'exemples soit de liens vers des sites spécialisés.

Une fois la base du logement posé (qui peut même se limiter à un logement troglodyte (légal, attention à la protection des sites, attention aussi à la dangerosité de certaines grottes largement inondables ou "friables"), nous allons travailler secteur après secteur.

  • L'eau
  • La chaleur
  • L'énergie
  • L'alimentation
  • Les soins

De très nombreux articles de ce type existent déjà (dont certains par ma pomme) notamment sur les sites survivalistes de type "survivre au chaos" de Pierre Templar, la formule qui va suivre vise le très faible cout et les petits moyens d'une survie rurale simple rendue nécessaire.

A - l'Eau

L'eau c'est la vie,3 journées sans boire, c'est la mort

Vous devez disposer :

  • Soit d'un stock d'eau propre et buvable en permanence (achetée ou collectée et traitée)
  • Soit d'un système complet de traitement opérationnel très rapidement (taper systèmes de filtre d'eau sur google, voir ci-dessous les modes de traitement)

Même en difficulté, l'être humain sous nos climats ne descend guère en dessous de 1 litre par jour (cuisson des nouilles comprise, d'ailleurs achetez à ce titre des cuisson 3 minutes). L'eau n'est pas un produit cher, en tous cas pas en regard du cout des cigarettes par exemple.

  

Cuve à eau de type courant à chine d'occasion (n'ayant pas contenu de produit chimique)

Il est trop facile de s'imaginer que l'eau "de la fontaine" (dite potable), soit si "pure" que ça vu le nombre de pollutions auxquelles sont soumis les sols et les pluies drainantes qui accompagnent. Une eau qui ne peut être contrôlée doit être /

1°) Décantée

2°) FIltrée (filtre céramique pour micro-particules souvent les plus dangereuses et passage dans le charbon activé)

3°) Purifiée, soit désinfectée par rayons UV (3 heures sous rayons ou en plein soleil), chlore, pastilles "micropur", ébullition etc.....

Certains éléments polluants étant difficiles à extraire malgré tout. L'ébullition, si elle parait à la fois la plus fiable et la moins chère n'est pas si simple en cas d'économie simplifiée car elle consomme du "carburant" que ce soit du bois, ou du gaz, le problème revient au même et non tous les virus ne meurent pas à 60°C .......

Note : pour un budget souvent simple sur le bon coin ou autre site d'annonce, les citernes d'1 m3 reliées à une gouttière permettent de collecter l'eau de pluie d'arrosage ou plus si affinités (ou besoins)

En résumé, disposer d'eau courante et propre ou presque est une première nécessité.

B - Chaleur

Avoir chaud sans risque en hiver consiste à disposer d'une cheminée et/ou d'un poële à bois, ça ne s'invente pas et inutile de penser ré utliser sans recyclage du circuit les poëles anciens qui laisseraient votre pièce pleinede monoxyde de carbone à la première occasion !

  

   Poële Alsacien ancien (Collection, Godin)

Un Poële ancien en état de fonctionnement ou remis en état est une pure merveille dans une maison de campagne ou il permet de faire la cuisine en même temps avec une grande facilité, attention : la plupart des modèles "beaux" d'apparence ont un ou plusieurs éléments importants brisés.

    

La cheminée est ce qu'l y a de mieux pour éviter les intoxications à condition de gérer le risque d'incendie et là aussi un conduit propre et sans fuite (ramonage)

Les modèles de poëles à bois modernes présentent souvent tous un inconvénient majeur, ils s'allument électroniquement et sont donc quasi inutilisable (système dévacuation des gaz ventilé par électricité, chargement semi automatisé pour les pellets, four inaccessible pour un allumage manuel) en cas de défaillance  du système électrique

Le carburant : vous l'avez compris, c'est le bois (et non les pellets dont production et prix constituent une imprévisible variable)

Le Bois : Sorte de carburant local universel en présence de forêts, il reste accessible, transportable et reconstituable !

Dans les pays Nomades aux rares forêts et climats rudes comme la Mongolie, la Bouse de Yak remplace le bois sans perte de chaleur après avoir été "aplatie" et séchée pour ressembler à de grosses galettes plus difficiles à enflammer mais néanmoins efficaces (La bouse de Yak se remplace chez nous par de la bouse de vache)

C - Energie

Dans nos pays, vivre sans électricité est une gageure ! Tous nos appareils sont électriques, et même la douche dépend de la chaudière dont l'allumage est électronique. La recharge du téléphone portable est devenue une priorité, ainsi que de l'ordinateur "Maison" qui équipe environ 95% des foyers occidentaux.

Il est obligatoire de revendre l'éventuelle énergie produite à l'état et de racheter la sienne à un fournisseur agréé ....... (quid des systèmes personnels)

 

Eolienne de type privée ou semi collective, modèle moderne

Néanmoins, il est possible de s'équiper :

  • De capteurs solaires ( à recycler tous les 10 à 15 ans)
  • D'une éolienne individuelle (attention à l'arrimage)
  • De petits chargeurs personnels de voyage qui peuvent être utilisés pour les recharges modestes (portable et ordi)
  • D'un groupe électrogène de type Gazole (la conservation et la disponibilité du carburant est aisée dans nos campagnes)

Ces systèmes ont un coût certain au départ et leur "rentabilité" est souvent très aléatoire sur de la maison ancienne et non isolée. Le petit chargeur dépanne largement, mais son objectif s'arrête là. Le groupe est facile et accessible pour une installation de dépannage (sauver les congelateurs et faire fonctionner la chaudière), mais il est bruyant et donc peu utilisable la nuit sauf exception.

 

Chargeur solaire de Voyage pour périphériques de type USB

L'éolien industriel est très contesté et dénoncé pour un certain nombre de problèmes touchant autant la rentabilité que la santé publique et l'environnement. L'éolien personnel ne présente sans doute pas les mêmes inconvénients, il existe de nombreux modèles à découvrir sur le net.

Personnellement je dispose d'un groupe 5 kw pour les urgences (au gazole), d'une cheminée et d'un poële alsacien remis en état.

D - Energie et chaleur personnelle : couvertures et vêtements

Il est possible de passer un hiver rude avec un chauffage modeste, un automne pluvieux avec de quoi se sécher, mais vivre en pagne et petit Bikini n'est absolument pas envisageable sous nos latitudes.

FIler la laine et faire ses couvertures, ou ses pulls, semble une opération tentante, mais elle est fastidieuse ....... pour un résultat auquel nous ne sommes pas habitués (allergies, odeurs, démangeaisons d'ordre mécanique)

Par contre la couture et récupération des anciens textiles partiellement abimés est une option intermédiaire intéressante, un simple set de couture et pourquoi pas une machine à pédale suffisant à faire l'essentiel, sans omettre aiguilles à tricoter et crochets pour retransformer la laine récupérée !!!

Les soirées d'hiver seront donc partiellement occupées à ces taches patientes, mais utiles. Au coin du feu bien entendu !

E - MANGER, élevage et potager, sources de vie et de confort :

3 semaines sans manger : c'est là notre limite

Si beaucoup imaginent le potager bien entretenu les superbes tomates rouges et les salades bien vertes avec les charmants petits lapins dans un joli clapier en bois, oubliez ....

Pour "la petite maison dans la prairie", revoyez votre moteur de recherche

Les lapins sont devenus fragiles, les clapiers en bois vieillissent très mal à cause de l'abondante urine du lapin.

Les tomates et les salades sont magnifiques, mais nourrissent peu et demandent du travail, n'oubliez pas cette limite et faites, mais ne faites pas que ......

1)° La production des glucides majoritaires (75%)

Céréales, riz, pain, pates et pommes de terre constituent l'essentiel des glucides de nos apports quotidiens. Néanmoins la production de cétéales s'est industrialisée et celle-ci est devenue fragile, consommatrice d'eau, sujettes à plusieurs traitements phytosanitaires que vous ne pourrez pas exécuter en tant que particulier. Maïs, blé ou orge devraient donc faire l'objet d'un troc ou d'une culture par un agriculteur disposant de semences et de moyens mécaniques (ne fantasmez pas sur une récolte de blé transformé en pain de qualité : c'est un travail important comportant des risques phytosanitaires à toutes les étapes)

Riz ou autres céréales présentent des difficultés similaires ou d'adaptation à nos climats, sauf petit usage personnel, mais excluant une culture suffisante sur le plan familial

Restent nos pommes de terre, solides, productives, dont on pourra même oter de façon mécanique les parasites tels que les doryphores. Les rutabagas fournissent aussi une bonne source de glucides, mais ils sont la cause de fermentations et de désordres intestinaux divers. (un peu de bicarbonate de soude à la cuisson devrait aider). Les Fèves et autres haricots secs sont souvent à la fois sources de protéines et de glucides.

Nouvelle douzaine 03

A la saison des fruits, les pommes peuvent être consommées et séchées en grande quantité et les autres fruits consommés en abondance, attention à l'effet laxatif sur un organisme inhabitué (fruits crus). Les compotes peuvent être stérilisées, mais elles seront totalement apauvries en vitamines, constituant malgré tout une source de sucre, un dessert et un apport de fibre (sans traitement faites les cuire avec la peau)

Sur le plan familial il est aisé de produire en quantité suffisante pour nourrir, on pourra se complémenter à la saison en chataîgnes cuites sur le feu ou le poële, tandis que les traditionnelles "patates sous la cendre" continueront de cuire lentement dans leur papier d'alu (si vous avez et sans consommer la peau des PdT)

La "farine" de chataîgne permet de faire des crêpes et des galettes de pain !

2°) Les sources de fibres, vitamines et minéraux

Les légumes dits verts, les tomates et autres salades, épinards et tous les légumes traditionnels de notre jardin sont une source de fibres, minéraux et vitamines auxquels il faut ajouter les fruits du verger.

Il est possible d'organiser sur peu de surface (traditionnellement des petits carrés de 1 m²) des cultures tournantes (afin de ne pas fatiguer le sol), 4m² suffisant normalement, si bien utilisés, à une famille de 4 personnes pour l'apport en légumes frais hors pommes de terre et rutabagas ou fèves et haricots.

Il est indispensable de consommer fruits et légumes frais et crus ( pour partie) pour disposer d'une ressource suffisante en vitamines.

Chaque région, chaque climat, chaque sol possèdent leurs cultures favorites ! Faites donc pousser ce qui pousse chez vous.

Les orties : Le purin d'orties est "le" traitement bio par excellence (voir sur le net), à présent autorisé et les orties font d'excellentes sources de fibres en soupe ! (PdT/orties = miam)

3°) Les sources de protéines (1 g de protéines par kilo par personne)

Viandes, poissons, oeufs, laitages, mais aussi certains végétaux (lentilles, soja, haricots secs) nous permettent d'assimiler nos précieuses protéines !

Il n'est ni nécessaire, ni souhaitable de manger tous les jours à tous les repas un steak de beuf (ni de viande d'ailleurs)

Calimero sort de l oeuf

 Poussin à l'éclosion

En cas de difficultés économiques, laitages et oeufs ansi que légumes spécifiques constituent un apport suffisant. Si abattre un animal vous semble aisé, ce n'est pas le cas sur aucun plan et le travail qui consiste à transformer une vache en "côtes de beuf" n'est pas simple, pas plus qu'un cochon en saucisson.

Les poules permettent de fournir des oeufs à moindre frais et les vieilles poules (4 ans et plus) pourront être occis et consommées en poule au pot dont le bouillon constitue un apport intéressant.

Oubliez, sans compétences préalables, les vaches : ce sont de gros animaux très consommateurs d'herbe ou de foin, le taureau (nécessaire pour la reproduction et donc le lait) est généralement délicat à manipuler (des morts tous les ans). <la législation sur les vaches est très difficile à ce jour et ne s'adresse pas aux particuliers>

Optez pour les chèvres : une bonne laitière vous fera de 3 à 5 L de lait, une médiocre laitière assumera 1 à 2 L et les petits pourront être troqués, vendus ou consommés si nécessaire ainsi que les vieux animaux. Leur détention est assez simple et peu onéreuse (sous condition de vermifuger)

Une page "biquettes" va être ouverte

 

Les oies sont à mon sens trop lourdes à gérer (consommation abondante de grains, peu d'oeufs, oisons fragiles), les lapins sont devenus fragiles (virus abondants, intestins fragiles, litière à nettoyer très souvent)

L'installation minimum, à mon sens, se contentera de chèvres et de poules. Les mutons donnent de la laine, mais les béliers deviennent souvent agressifs et les brebis restent assez sauvages (contrairement aux biquettes). Une chèvre de type angora pourra être tondue et fournir une base de laine douce et non allergène.

F - Se soigner / Premiers soins et "bobologie"

Dieu merci, les maladies graves ne sont pas les plus courantes et les premiers soins sont souvent accessibles grâce à des moyens "simples" (en faisant références aux fameuses simples)

  • Menthe, Melisse, Aneth, Lavande, Absinthe etc..... Faciles à cultiver, bonnes pour soigner (en huiles essentielles et par défaut en tisaines ou applications, décoctions etc.....)
  • La nature regorge de plantes médicinales et/ou consommables, de nombreux ouvrages existent sur le sujet.
  • L'argile (verte ou blanche et même rouge) est d'une efficacité redoutable pour soigner les articulations douloureuses et même aider à la cicatrisation
  • Le miel est un anti-infectieux cicatrisant exceptionnel (à condition d'être propre), ainsi que les produits de la ruche, mais les ruches sont difficiles à maintenir actuellement à cause des insecticides de la classe néonicotinéides qui les détruisent.
  • Enfin l'argent colloïdal et le chlorure de magnésium, ainsi que les huiles essentielles remplacent souvent avantageusement les antibiotiques pour les maladies peu graves (n'oubliez pas que la tuberculose tuait jusqu'à la découverte de certaines molécules antibiotiques)
  • Le bicarbonate de soude est souverain sur les maux d'estomac ( 1 càc/jr), mais à acheter, voire la version pour bétail (25 euros les 25 kilos)

Voilà de quoi réfléchir, s'informer, stocker ou préparer. Etant donné que chaque catégorie sus évoquée permet d'écrire un livre, elles feront l'objets de plus de détails dans des articles ou pages ultérieures.

CONCLUSION : ACHETER, STOCKER, PRODUIRE OU NON ?

Rêver d'une autarcie absolue demeure un mythe qui n'en rendra pas moins obligatoire des impots servant à payer les structures communes (chirurgie, scolarité, défense et autres routes et infra structures)

CHoisissez donc de stocker ce qui est facile (et peu périssable) et de produire ce qui est accessible à vos moyens.

Personnellement, j'élève chèvres et poules, mais aussi chevaux, par contre je stocke le miel, l'argent colloïdal, les H.E. et le chlorure de magnésium et le bicarbonate de soude. je produis ma viande et mes légumes, mais j'achète ma farine pour le pain, le troc est devenu monnaie courante mais le bon coin est légiféré ....

Je cultive une quarantaine de plantes médicinales, dont la fameuse absinthe (attention à sa toxicité potentielle) qui est remarquable comme antihistaminique, mais j'ai acheté progressivement mon aromathèques et les ouvrages de références (300 H.E. de base et une dizaine de livres dont 1 pour les enfants)

Enfin de pratique la lithothérapie (soins par l'application de pierres) et quelques bases simples (et ouvrages) d'acupuncture ......

J'ai de la terre et des fruitiers, je stocke l'eau de pluie en citernes pour l'arrosage et le bétail.

A la maison, poële et cheminée font bon ménage pour nous apporter un peu de chaleur.

Nous avons donc, à la petite ferme, fait des choix de développement ou non et de potentielles acquisitions par le troc. Cette version simplifiée de l'autonomie en campagne ou vie semi-urbaine est infiniment plus accessible qu'une installation agricole "vraie" et correspond aux bases rurales de certains pays en voie de développement !

 

 

 

 

chèvres;poules;basse cour;potager;simplicité;besoins réels;faire des économies;vivre mieux en pleine crise

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×