Maison Ecolo : faut-il en rêver ?

Je vais vous horrifier !   Source :    http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2015/03/la-maison-autonome-ou-comment-vivre.html

En m'inscrivant en faux contre ça :

Début du copié/collé, source "Spread the truth"

Voilà l’exemple parfait d’un idéal d’autosufisance et d’autonomie par l’alternative; Patrick Baronnet  est chercheur et réalisateur en mode de vie alternatif, concepteur et réalisateur de La Maison Autonome (la Maison des 3 E – Site internet heol2.org ). Il est membre actif des “Oasis en tous lieux” de Pierre Rabhi (Mouvement Colibris) et co-fondateur du Réseau National des Écocentres.

La maison autonome de Patrick et Brigitte« Une famille joyeuse et créative vit sans eau publique, ni pétrole ni nucléaire… ni supermarché depuis plus de 20 ans ! Une maison totalement autonome : énergie du soleil et du vent, eau de pluie filtrée, potager bio, toilettes sèches, phytoépuration… et entraide. Des exemples concrets et pragmatiques, des outils pratiques et simples en vue d’un futur proche, qu’ils ont déjà partagé avec des milliers de visiteurs, stagiaires, téléspectateurs etc.. »
Chercheurs en économie alternative, c’est ainsi que se définissent Patrick et Brigitte Baronnet. Installés en Loire-Atlantique, depuis plus de 30 ans, ce couple et leurs quatre enfants expérimentent un mode de vie autonome et solidaire. Dans lequel les consommations d’énergie sont divisées par quatre. Et les besoins en argent aussi. Rencontre avec des adeptes de la sobriété heureuse.
Patrick et Brigitte ont fêté leur « débranchement EDF ». C’était il y a 20 ans.

FIn du copié/collé.

Clarifions !

Je suis, nous sommes, à la petite ferme :

  • Pour les énergies libres et au moins renouvelables
  • Pour éviter toute forme de gachis
  • Contre la pollution
  • Pour une vie simple

Etc......

Mais depuis quelques temps sur le net fleurissent les jôôôlis projets (ou réalisations) de ce type, un peu comme une sorte de retour idéal à la nature.

Hors ce qui se passe (pas forcément dans ce cas précis, mais dans de nombreux autres plus récents) est assez différent :

  • Des gens privés de la certitude du plein emploi
  • Des banques qui ne font pas ou peu crédit
  • Des indépendants qui sont étranglés par les charges (RSI, URSSAF)
  • Une incapacité progressive à payer les charges de la maison en assurant la vie quotidienne si, par malheur, on est au dessus des plafonds donnant droit aux aides sociales

Alors ce type de projet fait rêver : plus de note d'eau, d'edf, l'autarcie en quelque sorte, on cultive son jardin, on tue son lapin ou sa vieile poulette et tout va bien .... LE tout en protégeant la nature et en souriant beatement à la joie simple d'une vie simple.

La réalité :

Je connais bien le milieu agricole. Les toilettes sèches, l'autarcie, etc... Rayer d'un trait de plume le confort technologique qui consiste à laver son linge avec une machine, se laver les mains souvent, regarder la télé le soir, repasser avec un fer récent : tout ça pourrait bien disparaitre à terme ! Et pas par choix, mais par obligation !!!

La plupart de ces gens ont tout de même une machine à laver, une télé, etc....., vous allez me répondre que j'ai l'esprit tordu. Mais voyons les années à venir :

  • Nous avons tous plus ou moins cru échapper au système en montant de type de logement. Les années ont passé.
  • Les capteurs sont morts au bout de 9 ans pour le moment (c'est cher), comment les remplacer ? Auprès de qui emprunter ou comment faire des économies en étant très peu "dans le système"
  • Le système (impots/communauté/structures communes) devenu défaillant ne marche plus guère : peu de bus, difficile pour l'école, routes peu entretenues, peu d'aides sociales
  • Au moins une personne dans la famille reste à la maison pour faire le jardin, laver le linge, s'occuper des enfants, des animaux etc.... L'autre personne travaille peut-être à l'extérieur, si la société a maintenu une masse de travail encore dispo, mais ce n'est pas certain.

Si aucun des membres de la famille ne travaille, alors il faut songer à un système très autarcique (peu ou pas d'aides sociales)

Ajoutons quelques mauvaises conditions :

  • Année de secheresse (réserve d'eau vide le plus souvent, donc rationnement)
  • Année froide et nuageuse : peu d'électricité, voire pas à certains moments
  • Une épidémie virale chez les lapins
  • Les doryphores attaquent les patates bio
  • Le maïs est bouffé par les parasites
  • C'est l'hivers : il fait moins 15°C
  • La tronçonneuse marche mal et la réparer est difficile ..... le bois se fait donc rare, il faut le couper et le fendre à la main

Je suis pessimiste ..... , je suis surtout volontairement provocatrice pour éviter le syndrome de la petite maison dans la prairie.

Avant de continuer mon article : je précise que je suis une fan de Pierre Rabhi !!! Mais que le problème masqué par ce type de projet ne se situe pas là .......

Pourquoi rêvons nous de ce type de projet ?

Car nous n'en pouvons plus du stress qui nous permet de conserver un pseudo confort qui, pourtant, semble si utile et important :

  • Laver son linge en machine
  • Avoir des toilettes propres à eau courante
  • Bénéficier d'un réfrigérateur
  • Avoir chaud de façon régulée en hiver

Etc.....

Oh : ce genre de maison tient pour le moment ses promesses et nourrit encore une machine, des toilettes et le reste ! Mais que survienne une mauvaise saison trop sèche, trop froide ou une panne des accumulateurs et c'est vite autre chose. Autre chose que l'on peut tout à fait accepter par exception et surtout en échange de ce truc précieux qui s'appelle LA PAIX.

Sauf que si nous partons sur ce type de projet, ce n'est plus par choix, mais à cause de la souffrance engendrée par le système et c'est contre ça que je m'inscris en faux !

La véritable motivation cachée derrière la lunette des toilettes sèches ?

  • Le plus souvent un grand ras le bol de cette société
  • Le prix exhorbitant des abonnements (eau et edf)
  • L'envie de vivre avec moins d'argent et donc moins d'obligations sociales
  • Préférer abandonner le système moderne plutôt que de continuer à être esclave de cette société
  • Parfois aussi l'esprit bio ....

Ce qui est vraiment regrettable, c'est que nous n'ayons pas eu assez d'intelligence pour faire prospérer un peu le confort et la modernité en respectant à la fois l'homme et la nature.

Les obstacles à prendre en compte :

Dans l'article, on parle d'une famille joyeuse. OK. Hors la joie d'une famille este un ingrédient qui tient à bien d'autres valeurs, nous ne pouvons pas associer la joie de la famille au renoncement de la modernité, même si on aimerait bien associer la joie à la fuite du système.

En théorie : nous n'avons pas le droit de produire notre électricité : nous devons le revendre à l'état afin qu'il nous le revende à son tour, c'est mesquin, mais c'est la loi. Je me demande comment nos joyeux ruraux ont fait pour contourner ce détail.

Enfin, si personne ne vit pour la communauté via les impots et le reste (je sais, ça vous choque) : comment allons nous financer nos routes et le reste (les écoles, les hopitaux, la sécurité sociale) ? Je sais que je vous choque horriblement, mais il faut le dire, nous avons nos caries dentaires soignées et nos lunettes gratuites, des autoroutes et des nationales propres et nos enfants ont leurs études quasi gratuites. Mais pas en vivant chacun de notre coté en autarcie !

Je pense donc, en conclusion, que cette présentation est un leurre, une sorte de rêve. Un rêve que j'applaudis pour ses bons cotés, mais dont je tiens à souligner les quelques incohérences.

Alors comment faire ?

  1. Il y a la crise grave qui ronge notre monde, là franchement, j'applaudis toute méthode (y compris celle là) visant à avoir un peu d'autonomie.
  2. Il y a les principes déconomie des biens de la nature : eau par exemple
  3. Et aussi le fait d'avoir une vie saine : faire pousser ses légumes ou construire une maison qui ne coute pas un bras en tout
  4. MAIS, n'oublions pas de vivre en communauté, avec et pour la communauté sans laquelle personne ne tiendra bien longtemps.

Les projets de Pierre Rabhi et de sa fille sont des projets plus communautaires ou, de détails, mais pas des modèles d'isolement et d'autarcie.

Résultat de recherche d'images pour "image toilettes sèches"

Les Toilettes sèches : un très bon exemple d'une écologie maîtrisée et efficace, mais permettez moi d'insister :

Il est obligatoire de :

  • Disposer de copeaux pour assurer la "couverture" abondante des excréments (ça pue)
  • D'avoir quelqu'un qui se dévoue pour vider le bac (surtout si il est gros et lourd, il faut parfois dans de grandes fermes, un tracteur)
  • De disposer d'un endroit à peine discret et éloigné (et donc d'un jardin conséquent) où stocker le "fumier"
  • De préciser aux "occupants" qu'il ne faut pas évacuer les tampons et autres serviettes

 SINON : VOUS AUREZ UN ENDROIT PUANT QUI REPOUSSERA AUTANT VOS AMIS QUE VOS ENFANTS ! IL FAUT LE DIRE (et tout le monde ira chier dans les bois ....)

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×