Survivre ! A la rentrée et plus tard ...... : LE SYSTEME

 

LE SYSTEME : un art de vivre, mais pas seulement.

Survivre ? Une évidence ! Non, nos pays occidentaux qui sont habitués à crouler sous les bienfaits industriels sont remis en cause par la crise mondiale qui sévit !

  • Nous mangions à notre faim : ce n'est plus le cas pour tous
  • Nous arrivions à payer nos taxes et impots : c'est désormais difficile
  • Nos crédits étaient payés par notre évolution : finitos !

En 2010 est paru un décret : l'état a le droit de prélever sur nos comptes, librement ..... et interdire tout mouvement, tout retrait, tout transfert. Pourquoi l'état a-t-il fait passer un tel décret ? Pour la gloire, certainement pas. Allez vous-même chercher le détail sur google. Ce sera mieux, plus complet, plus motivant car vous découvrirez le reste. Les banques sont cuites, aspirées par la spirale infernale de la machine à billet. L'état est bouffé par le surendettement et ne peut pas faire faillite (mais entrer en défaut, soit continuer à vous prélever, mais ne plus payer les services, en résumé)

En bref : Pour reprendre CHarles SANNAT : nous risquons la crise la plus grave pour nous, celle ou les structures existent encore assez pour nous piller sans rien nous reverser.

A la petite ferme, nous avons eu le temps de créer un modèle et d'en tester les limites. Une vie agricole saine permet de nourrir un grand nombre de personnes avec une petite surface. quelques poules, 2 chèvres et leur mâle, un potager, quelques fruitiers et pas mal de pommes de terre. Les surplus de lait ou d'aliment nourrissent le cochon qui apportera la viande de la famille et tout le monde mange avec très peu d'nvestissement.

Comptez :

  • 2 ou 3 poules pour 1 coq, le tout pour une famille de 6 personnes
  • 2 chèvres et leur mâle, à traire, les petits mâles sont consommés (si, c'est bon le chevreau)
  • 1 cochonnet une fois par an, nourri avec les reste (en boxe ou petite dépendance)
  • 1 potager pour faire 75% de sucres lents : pommes de terre par exemple (200 m² par famille)
  • 1 potager pour les 25% restant : voir nos articles sur le potager (100 m² par famille)
  • Plusieurs fruitiers simples : pommiers, abricotiers, cerisiers, pruniers, etc..... (1 par famille)
  • Pour les accros à la traite : une vache jersiaise (petite) inséminée chaque année, elle vous fournira le lait, le beurre et le fromage pour 3 à 4 familles. Elle fait entre 5 et 12 litres de lait par jour sans supplémentation en ensilage ou farine de céréales.

Mais attention : une vache demande 1 hectare à l'année. au minimum. Le reste (chèvres, potagers, etc..) tient sur 1000 m² en tout, mais peut suffire à 6 personnes. Avec 3 hectares répartis ainsi, 15 familles peuvent s'étalbir durablement.

Et pour nourrir ce petit monde vous allez me dire ?

Pensez aux relations avec les producteurs de céréales (agriculteurs locaux) et à défaut d'argent, pratiquez le troc. Tout le monde a besoin de services qu'il ne produit pas. Avec un paquet de 20 kilos de blé vous produisez de quoi nourrir 4 poulets pendant 1 mois sans complément, mais 2 mois si vous valorisez vos déchets et 3 mois si vous y ajoutez une surface de grignotage (le parcours). Vos chèvres doivent se contenter d'une certaine rusticité (herbe et végétaux à volonté), ainsi que votre vache jersiaise potentielle (sauf en période de vélage pour les grosses productrices de lait).

Pour les légumes, produisez vos graines et consultez l'association kokopelli éventuellement pour savoir comment faire. D'une année sur l'autre, la sélection des meilleurs produits ainsi que les échanges vous permettront d'avoir tous les légumes voulus.

Alors la survie : vous trouverez de nombreux sites survivalistes (attention aux excès qui finiraient par vous faire acheter des armes à feu et prévoir un siège ....) pas mal de recettes pour vivre simplement :

  • Fours solaires (super efficace)
  • machine à laver le linge manuelle et facile avec un vieux vélo
  • récupération et purification de l'eau
  • Energie libre ou presque
  • Etc...

Sans blague, il y a vraiment moyen, sans excès, de bien vivre, en travaillant moins et en ayant du coup bien moins de taxes à payer et bien moins de crédits à la consommation qui nous plombent et nous rendent dépendants. Mais il faut, d'une façon ou d'une autre, faire quelque chose pour se nourrir (l'assistanat a ses limites) et accepter de vivre ensemble (partager, échanger, faire ensemble).

N'oubliez pas : même Robinson avait son Vendredi .....

La question est sur toutes les lèvres : ce système a-t-il été testé ?

OUI et mieux encore, certains spécialistes ont été bien plus loin. En France certains ont conçu des maisons autonomes en tout (énergie et eau), reliées à rien (aucun réseau) et dont le cout total n'a pas excèdé les 25.000 euros tout compris. Mais il faut faire des efforts auxquels nous ne sommes pas habitués : se laver avec moins d'eau, ne pas rester une heure les mains sous le robinet, boucler la lumière pas trop tard après le coucher du soleil..... vivre un peu plus près de la nature !

Ce n'est pas une obligation. Ni même un conseil. Ce doit être un choix, personnel.

Nous vous proposons un simple intermédiaire, LE SYSTEME nous l'avons testé et ce pendant plusieurs mois. Rien n'a été acheté (sauf pour notre plaisir, mais indépendemment du projet), sauf les céréales. Et encore, elles auraient pu être échangées. A la fin nous avons même commencé à troquer. Des oeufs, du pain, etc....

Le but n'est pas de priver l'état d'impôts et la société du moindre financement. Le but est de s'en sortir quand nos conditions de vie ne nous le permettent plus ! Plutôt que la misère, l'assistanat et la déresponsabilisation : reconstruire un petit tissus social et humaniste à la portée de tous !

Comment trouver toutes les informations :

Poules, chevaux (travail), lamas (laine et travail), chiens (garde), légumes, vache, etc... tout est dans notre site, nous avons travaillé durant 4 ans pour lister nos besoins, trouver des solutions, établir des fiches, contrôler les couts et se poser toujours la question de la rentabilité ou de la faisabilité.

Sur quoi repose son succès :

Oh, sur rien de très miraculeux..... :

  • La solidarité
  • Le partage ou l'échange
  • Un minimum de travail personnel
  • Le partage de toutes les petites terres inutilisées (communes, friches)
  • Des investissements mutualisés (faits à plusieurs)

Sur quoi peut reposer son échec

Le manque total de solidarité : personne ne peut rien tout seul, y croire, c'est être idiot

Survivre;survie;survivalisme;risque économique;économie

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site